Culture de sécurité

2022 : les grands projets de l'Icsi autour de la culture de sécurité

7 minutes
2022 : les grands projets de l'Icsi autour de la culture de sécurité 2022 : les grands projets de l'Icsi autour de la culture de sécurité

Nouvelle année, nouvelle feuille de route pour l’Icsi ! Les projets 2022, riches et variés, sont articulés autour de 3 axes : construire la culture de sécurité par l’échange et le partage, cultiver l’identité plurielle de l’association au travers d’actions d’intérêt général pour différentes parties prenantes (organisations syndicales, collectivités, TPE-PME), et enfin, formaliser les savoir-faire et les opérationnaliser.
Rencontre avec Ivan Boissières, directeur général de l’institut.

 

L’Icsi diversifie cette année les modalités d’échanges au sein de sa communauté. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Ivan Boissières : Oui, bien sûr. L’Icsi est une association qui garde au cœur de son identité de construire et de diffuser la culture de sécurité par l’échange et le partage. En cette période de crise sanitaire, recréer du lien et de la proximité entre nos différents adhérents nous paraît essentiel.

Cela passe tout d’abord par nos groupes d’échange, une activité historique à laquelle nous sommes extrêmement attachés. Cette année verra ainsi l’aboutissement des travaux des groupes d’échange « Dialogue social et culture de sécurité » et « Gestion des risques et Covid-19 ». Le groupe d’échange « Processus d’alerte et gestion de crise » se poursuit. Enfin, nous allons lancer un nouveau groupe de travail (GT) sur le « leadership dans l’incertain » qui viendra notamment alimenter une nouvelle campagne de prévention grand public sur le « leadership en sécurité».

Mais nous souhaitons aller plus loin et élargir notre communauté aux dirigeants d’entreprise et aux leaders d’opinions. Une nouvelle modalité d’échange, la « learning expedition », a été testée - et approuvée – l’année dernière avec la visite du Comex d’AirFrance sur le site de la raffinerie de TotalEnergies à Gonfreville. Cela consiste à organiser une immersion terrain d’une équipe dirigeante chez un adhérent, pour rencontrer leurs pairs issus d’un autre secteur d’activité et bénéficier de regards croisés sur la sécurité. Nous souhaitons développer ce type d’actions. Nous allons également constituer un cercle des dirigeants, pour diffuser la culture de sécurité au plus haut niveau des entreprises, stimuler les échanges sur des orientations prospectives et stratégiques.

Vous avez parlé d’une campagne de prévention sur le « leadership en sécurité », quels en seront les contours ? Et pourquoi cette thématique ?

Le leadership en sécurité est en quelque sorte la grande thématique de l’année ! Nous allons communiquer sur ce sujet sur notre site web et sur notre page Linkedin, et publier un nouvel « Essentiel ». Il y aura également deux évènements consacrés à la thématique : l’Observatoire culture de sécurité en juillet, et les Rencontres de la culture de sécurité en novembre.

Le leadership en sécurité n’est pas un sujet nouveau - nous reviendrons sur les fondamentaux et sur les 7 principes du leadership managérial – mais il mérite d’être enrichi et actualisé par de nouvelles réflexions. Il faut notamment le mettre en regard du nouveau contexte dans lequel les entreprises évoluent, un contexte marqué par des crises, de nouveaux arbitrages et de fortes incertitudes. Cela poursuivra notamment notre analyse des enseignements sur les impacts de la crise sanitaire pour la gestion des risques. Quel leadership pour renforcer la résilience des organisations dans ce contexte ? Ces réflexions seront menées avec nos adhérents, via le GT « leadership dans l’incertain ».

Enfin, la thématique du leadership génère une très forte attente chez nos adhérents : nombreux sont ceux qui travaillent sur le sujet. Pour mieux les accompagner, nous avons développé l’année dernière une formation e-learning dédiée aux managers. Elle a été testée et déployée largement chez Air France ou chez GRDF. Nous l’avons ajouté à notre catalogue de formations en ce début d’année et elle rencontre déjà un grand succès.  

De nombreuses actions sont également prévues dans la feuille de route 2022 avec les organisations syndicales, les collectivités, les TPE-PME… qu’en est-il ?

Oui, tout à fait ! Nous sommes une association plurielle, au service de toutes les parties prenantes de la sécurité et nos équipes s’investissent pour mener des actions d’intérêt général auprès de tous.

Côté organisations syndicales, le groupe d’échange « Dialogue social et culture de sécurité » publiera cette année la synthèse de ses travaux dans un nouveau Cahier de la sécurité industrielle. Mais le travail ne s’arrête pas là ! Un groupe de bénévoles de haut niveau issu du milieu syndical va nous aider à mieux intégrer ces dimensions dans l’ensemble de nos actions. Et nous allons développer une formation dédiée aux militants syndicaux et membres des CSE. Un pilote va être développé avec la fédération chimie-énergie de la CFDT, et sera ensuite proposé à toutes les organisations syndicales.

Du côté des collectivités, cette année marque la concrétisation de notre partenariat avec la Métropole Rouen Normandie. L’enjeu est de lancer un nouveau dispositif de concertation citoyenne– inspiré de la conférence riveraine de Feyzin mais à une plus large échelle – sur le territoire rouennais. Industriels, métropole, citoyens et associations y seront représentés. Il nous faudra en premier lieu mener une étude sociologique pour constituer le pôle citoyen afin qu’il soit large et représentatif, et être des facilitateurs pour la définition de la feuille de route de ce dispositif ambitieux. Nous serons également de nouveau partenaire du Forum de la résilience en octobre 2022 à Rouen, en partenariat avec la Métropole et Le Monde.

Nous poursuivons aussi les travaux du groupe d’échange « Processus d’alerte et gestion de crise » coanimé avec l’association Amaris. Le groupe d’échange va mener une expérimentation à grande échelle des nouveaux dispositifs d’alerte de la population, en relation avec les services de l’Etat. Et ce, de nouveau sur le territoire rouennais qui a accepté d’être pilote de l’expérimentation.

Tous ces travaux, engagés sur des périmètres locaux, convergent vers une idée :  aboutir à des réflexions nationales. Nous souhaitons nous inscrire dans le plan d'action du ministère de la transition écologique « Tous résilients face aux risques » et alimenter le volet de la sensibilisation des populations. Pour cela, nous comptons nous appuyer sur nos partenaires, notamment Amaris, l’AITF, l’Irma, etc.

Pour finir, nous nous investissons au service des TPE-PME depuis plus de 2 ans au côté du MASE. Nous codéveloppons la plateforme de formation de la MASE Academie, en apportant l’expertise de nos équipes, certaines de nos ressources pédagogiques existantes ou la création de nouvelles ressources. Nous mettons ainsi gratuitement à disposition des TPE-PME le savoir-faire de l’Icsi et l’expérience accumulée avec les grandes entreprises. Une forme de solidarité entre les grandes entreprises et les plus petites, au service de la culture de sécurité. C’est ça aussi, la philosophie de notre association !

Le mot de la fin sera donc pour l’innovation et l’opérationnalisation ?

C’est en effet un axe important de notre développement : notre capacité à innover et à opérationnaliser nos concepts, à aller vers des outils pratiques et des méthodes qui peuvent être déployées largement dans les entreprises.

Nous développons un nouvel axe d’expertise que sont les analyses socio-organisationnelles et humaines (SOH). Concrètement, il s’agit d’aider les entreprises à analyser les impacts des changements stratégiques, des grandes transformations organisationnelles sur la sécurité. C’est une approche qui vise à accompagner les décideurs. Nous avons structuré notre pôle d’experts pour répondre à ce type de demandes, qui représentent aujourd’hui près de la moitié des sollicitations des entreprises auprès de l’Icsi. Ce nouveau champ d’expertise va être formalisé, tant du point de vue de la méthode que des meilleures pratiques.

Un autre point important de développement est la création d’outils pratiques, opérationnels. Cette démarche est nourrie par les réflexions innovantes de la Fondation pour une culture de sécurité sur le briefing/débriefing notamment, et sur l’arbitrage. Nous allons également travailler sur un guide de déploiement de la culture juste, afin d’aider les sites industriels à mettre en place ce type de démarche. C’est un sujet sur lequel l’Icsi a beaucoup travaillé ces dernières années, et ce projet sera même coordonné par notre équipe installée en Amérique latine, en relation avec les équipes françaises, afin d’avoir un regard international et de croiser nos expériences.

 

Cela fait une nouvelle fois un beau programme et de beaux challenges à relever ! Et, comme chaque année, les équipes de l’Icsi sont pleinement mobilisées pour construire et faire avancer la culture de sécurité avec l’ensemble de notre communauté plurielle.

 

Articles sur le même thème