Actualité

» Retour à la liste

Nos grands projets 2016 : interview d'Ivan Boissières

Ivan Boissières, directeur général, présente les projets qui animeront l’Icsi durant l’année 2016 : formaliser et partager notre vision de la culture de sécurité, mieux connaître la communauté de l’Icsi et prendre le virage du digital pour nos formations.

 


Ivan Boissières, parlez-nous de ce souhait de formaliser et partager votre vision de la culture de sécurité.   

IB : Jusqu’ici, notre Institut a beaucoup travaillé sur les facteurs humains et organisationnels (FHO). Aujourd’hui, nous souhaitons mener une réflexion plus globale pour établir notre « doctrine », notre vision singulière de la culture de sécurité. Des échanges avec nos membres et nos instances et l’analyse stratégique menée par la Foncsi avec les plus grands experts internationaux vont alimenter ce chantier qui nous tient à cœur.

 

 

Concrètement, que va-t-il ressortir de ce travail sur la culture de sécurité ?

IB : Il s’agira à la fois d’une clarification de notre vision sur ce sujet parfois galvaudé et d’un manifeste opérationnel. Car derrière la notion de culture de sécurité, c’est bien une nouvelle « façon de voir » la sécurité mais aussi de nouvelles « façons de faire » qu’il s’agit de promouvoir. Ce positionnement sera partagé, entre autres, via un Cahier de la sécurité industrielle et notre conférence annuelle de 2017. A l’avenir, il structurera toutes nos actions : en formation initiale par exemple, nous réorganisons dès la rentrée 2016 le 1er mois des Mastères autour de 4 leçons fondamentales sur les piliers de la culture de sécurité. Pour l’accompagnement terrain, nous travaillons une démarche globale d’évolution de la culture de sécurité qui va progressivement s’enrichir de lignes opérationnelles déployées actuellement chez certains de nos membres telles que la culture juste, la prévention des accidents majeurs et mortels, le programme leadership en sécurité…

 

 

Vous évoquez un projet sur la communauté de l’Icsi, qu’en est-il ?

IB : A l’origine, l’Institut a été pensé comme un carrefour des différentes voix de la culture de sécurité industrielle. Le collège des industriels est bien représenté à l’Icsi et nous devons aujourd’hui chercher les moyens de mieux connaître les collectivités, syndicats, ONG, autorités de contrôle… et de mieux travailler avec eux. Car c’est en touchant l’ensemble des parties prenantes que nous arriverons à développer des valeurs partagées de la sécurité.

Nous poursuivons aussi notre action emblématique de partage d’idées en lançant un nouveau groupe d’échange en 2016 sur le thème « culture de sécurité et sécurité des procédés ». Ou comment intégrer les risques majeurs dans la culture d’une organisation, afin qu’ils soient portés à tous les niveaux de l’entreprise (opérateurs, dirigeants) et qu’ils ne restent pas l’apanage d’un petit groupe d’experts.

 


Et l’Icsi annonce vouloir prendre le virage du digital, dans quels domaines exactement ?

IB : L’Icsi propose des formations, initiales et continues. Pour innover, nous devons nous saisir des nouvelles opportunités pédagogiques apportées par l’e-learning et anticiper les besoins des étudiants et managers de demain. A ce titre, nous avons par exemple développé le projet collaboratif Safety Academy. Ce centre de ressources multimedia sur la culture de sécurité permet à ses 9 groupes fondateurs de mutualiser leurs efforts pour proposer à leurs collaborateurs une plate-forme riche avec des vidéos, modules e-learning, webinars… Et dès la rentrée 2016, les Mastères spécialisés deviendront la Safety Education : la formation sera désormais hybride, mêlant enseignements à distance et cours en présentiel.

 

 

Le mot de la fin ?

IB : Une année 2016 riche est à venir, et nous invitons tous les acteurs de la sécurité à participer à notre conférence internationale Safety Granada, les 21 et 22 juin prochain, à Grenade !

 

 

Découvrez également les grands projets 2016 de la Foncsi :
interview de René Amalberti, directeur de la Foncsi