Actualité

» Retour à la liste

Le point de vue d'Amaris à propos du Cahier sur les PPRT

le 29 janvier 2015

Un nouveau Cahier de la sécurité industrielle vient d’être publié sur les PPRT. Intitulé « Les collectivités locales à l’épreuve du PPRT : une redéfinition du rôle pour des décisions plus concertées », il a été écrit par Emmanuel Martinais, géographe et chercheur à l’ENTPE. L’association Amaris y est largement présentée par l’auteur, qui montre comment elle a aidé les collectivités à devenir un acteur incontournable des discussions dans l’établissement des PPRT. Delphine Favre, déléguée générale d’Amaris, nous livre son point de vue sur cette nouvelle publication.


 Dans ce nouveau Cahier de la sécurité industrielle, Emmanuel Martinais parle beaucoup d’Amaris. Quels liens votre association entretient-elle avec ce chercheur ?

Delphine Favre : Emmanuel Martinais est spécialiste des politiques de prévention des risques. Depuis la catastrophe d’AZF, il s’intéresse aux suites législatives et réglementaires de cet évènement, ainsi qu’aux changements qui affectent l’administration des risques industriels au niveau local.

Amaris, quant à elle, est l’association nationale des collectivités pour la maîtrise des risques technologiques majeurs. Le travail d’Amaris s’est intensifié depuis 2008 avec l’application de la loi Bachelot et la mise en œuvre des premiers PPRT. De nombreuses collectivités se sont alors retrouvées face à ce nouveau chantier extrêmement complexe et technique ; Amaris a alors fait en sorte de les aider et de les défendre. Emmanuel Martinais et Amaris se sont donc « naturellement » rencontrés si je puis dire. Emmanuel Martinais est par exemple intervenu dans des colloques que nous organisions, et son travail nous intéresse beaucoup.

 

Comment avez-vous été associés à ce travail de recherche et de rédaction pour ce nouveau Cahier de la sécurité industrielle ?

Delphine Favre : Emmanuel Martinais utilise plusieurs sources pour reconstituer cette histoire récente, dont des entretiens avec les différents acteurs concernés par les risques technologiques. Dans cette logique, Yves Blein, le président d’Amaris, et moi-même échangeons régulièrement avec Emmanuel Martinais et de façon très enrichissante. Pour ce Cahier de la sécurité industrielle, nous avons discuté une première fois ensemble en septembre dernier lors d’un séminaire organisé par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) à Dunkerque, où il présentait une synthèse de ses travaux.

Je dis souvent à Emmanuel Martinais que son travail bouscule nos certitudes. Absorbé par le travail quotidien, nous n’avons pas toujours le temps de prendre du recul pour penser le rôle d’Amaris à moyen terme.

 

Vous défendez l’intérêt des collectivités et travaillez pour elles. Selon vous, que peut apporter cette publication aux collectivités et aux maires concernés par les PPRT ?

Delphine Favre : Ce Cahier est l’occasion de prendre du recul et de se rendre compte du chemin parcouru depuis le vote de la loi Bachelot. Il s’agit en effet d’un vrai basculement. Les collectivités sont montées en compétence et sont devenues un acteur qui désormais compte dans la prévention des risques, avec l’État et les industriels. Je pense que les élus et agents des collectivités, en charge de ces questions avant l’élaboration des PPRT, en ont conscience. Pour ceux qui viennent d’être élus et qui prennent le dossier en route, cet éclairage est forcément instructif et nécessaire.


 

Pour en savoir plus sur Amaris :

http://www.amaris-villes.org/

 

Consulter cette publication :

Cahier de la sécurité industrielle 2014-09 ― « Les collectivités locales à l’épreuve du PPRT : une redéfinition du rôle pour des décisions plus concertées »