Actualité

» Retour à la liste

Groupe VINCI : ce qui l'Icsi nous apporte

À l’occasion d’un comité sécurité du Groupe VINCI regroupant une trentaine de dirigeants et directeurs prévention dans les locaux de l’Icsi à Toulouse, Jérôme Stubler, président de VINCI Construction, et Ludovic Demierre, directeur des ressources humaines et du développement durable d’Eurovia et coordinateur prévention du Groupe VINCI, nous confient les raisons de leur collaboration avec l’Institut et leurs attentes.


L’ensemble du Groupe VINCI est membre de l’Icsi depuis 2017.
Que vous apporte cette collaboration ?


Jérôme Stubler :
L’Icsi nous apporte en premier lieu une aide méthodologique qui nous permet d’avancer sur de nouveaux sujets. En effet, si nous faisons le constat d’avoir d’ores et déjà franchi des étapes importantes, l’expérience de l’Icsi avec ses autres membres nous permet de nous projeter sur celles que nous devrons franchir à l’avenir. L’expérience de l’Institut, grâce à la qualité de ses analyses et à l’étendue des secteurs qu’il couvre, nous apporte du recul et une pertinence de conseil que nous ne trouvons pas ailleurs. L’Icsi a réalisé une analyse de nos BU Françaises il y a un an, qui nous a permis de comprendre les clefs du succès de nos politiques de prévention, et ainsi de simplifier de manière majeure notre approche de la sécurité.

L’Icsi travaille tout particulièrement sur la prévention des accidents graves et mortels. Quel est le positionnement du Groupe VINCI sur cette thématique ? 

Ludovic Demierre :  Depuis des années, nous avons développé beaucoup d’outils, nous avons travaillé sur beaucoup de fronts, et nous avons vu globalement notre taux de fréquence baisser de manière significative. Et malgré tout, nous avons eu des accidents graves ou mortels. Cela nous a rappelé que rien n’était acquis et qu’il fallait, en plus de la baisse du taux de fréquence, travailler sur d’autres sujets. C’est ce que nous faisons avec l’Icsi, avec une nouvelle approche d’analyse de nos situations pour pouvoir mieux agir et mieux maîtriser nos risques majeurs. Pourquoi avons-nous cet écart entre le prescrit et le réel ? Comment prend-on en compte les facteurs organisationnels et humains ? Etc. Ce sont des sujets sur lesquels nous pouvons aujourd’hui avancer avec l’Icsi. 

Jérôme Stubler : Nous avons décidé d’opérer une évolution, de nous focaliser sur les incidents à haut potentiel de gravité au-delà des accidents graves et mortels. Pour cela, nous devons progresser par la recherche des éléments clés qui font progresser plutôt que sur une analyse statistique complète qui dilue les risques majeurs dans de nombreuses causes mineures. Nous devons enclencher une rupture fondamentale, passer de l’analyse de la pyramide de Bird au diamant de la prévention (Cf. animation vidéo « To Bird or not to Bird »).

Quelles sont vos attentes et vos projets avec l’Icsi ?

Jérôme Stubler : Les journées comme celle que nous avons vécue aujourd’hui, où des directeurs HSE et des préventeurs du Groupe VINCI viennent à la rencontre « physiquement » de l’Icsi, permettent de redécouvrir toutes les ressources (publications, Safety Academy, etc.) et les formations que l’Icsi met à leur disposition.  Elle nous donne un élan pour lancer de nouveaux projets. Je pense, pour VINCI Construction notamment, à des missions à l’international, en Afrique et également sur les territoires anglosaxons où nous devons trouver comment adapter notre culture de sécurité à des cultures très différentes. Mais je pense aussi à un sujet d’actualité qui est l’arrivée du numérique sur les chantiers, avec des outils comme les tablettes, et l’utilisation des nouvelles technologies de géolocalisation sur les zones à risques. L’Icsi pourrait nous aider à donner du sens à ces nouvelles technologies, qu’elles soient considérées comme un facteur de grand progrès pour la sécurité.

Ludovic Demierre : Si nous travaillons aujourd’hui avec l’Icsi à améliorer notre situation actuelle et à moyen terme, l’Institut nous donne aussi la possibilité de travailler sur de la prospective. En soutenant la Foncsi, la fondation de recherche sur la culture de sécurité, c’est un moyen pour nous de participer à cette réflexion collective avec d’autres membres pour mieux préparer le futur. C’est pour cela que nous avons choisi au niveau du Groupe VINCI de financer de la recherche sur le travailleur du futur. Travailler avec l’Icsi et la Foncsi sur des sujets de prospective est, de notre point de vue, essentiel pour la sécurité de demain dans l’ensemble de nos activités.

 

Icsi-VINCI, déjà 5 ans... et de nombreuses collaborations
Après VINCI Energies SOMAG en 2014 et VINCI Energies International & System en 2015, c’est l’ensemble du Groupe VINCI qui a rejoint l’Icsi en 2017. Depuis, outre sa participation aux groupes d’échange, trois grands projets ont été menés avec l’Institut. Tout d’abord, des immersions au sein de VINCI Construction en France pour proposer des axes d’amélioration de la performance en sécurité. Mais également un projet de grande ampleur au sein d’Eurovia avec un diagnostic national auprès de 20 000 collaborateurs qui sera suivie d’un programme de renforcement de la culture de sécurité sur plusieurs années. Enfin, un accompagnement de VINCI Energies France sur la culture juste et l’élaboration de Règles d’or au sein des 800 entreprises qui composent cette entité du Groupe.