Actualité

» Retour à la liste

Attribut #3 : L'équilibre pertinent entre le réglé et le géré

le 8 décembre 2017

Le troisième attribut de notre quinzaine est : « L’équilibre pertinent entre le réglé et le géré ». Un attribut qui apporte des éléments de réponse à la question suivante : Comment anticiper les risques potentiels tout en faisant face à l’imprévu ?

 


Les contours de l’attributs :


L’organisation édicte des règles et des procédures afin de garantir la sécurité, c’est la sécurité réglée. Elle valorise la conformité aux règles.

 

Cependant, en situation réelle, toutes les règles ne sont pas toujours transposables à tous les scénarios. Sur le terrain, face à la réalité de certaines situations, les femmes et les hommes font appel à leurs compétences pour réagir de façon appropriée : c'est la sécurité gérée. Elle permet une certaine marge de manœuvre aux salariés des entreprises pour gérer au mieux les situations selon le contexte.

Ainsi, l’organisation doit renforcer les compétences des équipes et du management de proximité, améliorer la qualité de leur fonctionnement collectif et la vigilance partagée. Renforcer la sécurité gérée, c'est mettre en place un système apprenant.

 

Le défi pour l’entreprise sera de trouver le juste équilibre entre sécurité gérée et sécurité réglée et il n’y a pas de modèle unique. L’arbitrage entre sécurité gérée et sécurité réglée dépend de l’entreprise, mais aussi du secteur d’activité.

 

Le mémo :


  • Trouver l’équilibre pertinent entre le réglé et le géré par rapport à l’activité de l’entreprise

  • Préparer, réaliser et contrôler avec rigueur les opérations sensibles

  • Anticiper les situations de crise : formation des acteurs, simulations régulières

  • Donner au management local les compétences et les ressources pour gérer les imprévus à son niveau

 

La conviction d’expert :


« La sécurité industrielle suppose une articulation constante entre le "directif" de la prescription descendante fixée par le management (sécurité réglée) et le "participatif" de la prise en compte des connaissances des hommes et des femmes de terrain sur la réalité locale du déroulement des scénarios (la sécurité gérée). Le volet participatif est éminemment essentiel. L’implication des salariés est la condition pour qu’ils perçoivent que leur contribution quotidienne est reconnue, et qu’ils puissent maintenir un haut niveau de vigilance et de comportement sûrs. Ainsi, promouvoir les comportements proactifs c’est favoriser la participation du personnel à la politique de sécurité. Cela vise non seulement à favoriser l’applicabilité de cette politique, mais concourt aussi à développer son appropriation par le personnel en vue d'une meilleure maîtrise des activités ».

Camille Brunel, pôle Expertise et accompagnement de l’Icsi

 

Pour aller plus loin :


Outils pratiques :

>> Poster de l’attribut :
L’équilibre pertinent entre le réglé et le géré

Publications :
>> Conviction n°1 : « Promouvoir les comportements proactifs en sécurité est incontournable pour développer la culture de sécurité »
>> Conviction n°11 : « Multiplier les règles ne garantit pas la réduction du nombre d’accidents »
>> Conviction n°20 : « Organiser et piloter la manière de faire face à l’imprévu fait partie du travail de la ligne hiérarchique »
>> Cahier de la sécurité industrielle n°2011-08 : « Résilience et management de la sécurité : pistes pour l’innovation en sécurité industrielle »
>> Vidéo d’Éric Rigaud : Du management de la sécurité au management de la résilience (site Internet de la fondation de recherche, Foncsi)