Contribuer à la sécurité industrielle par le facteur humain : repenser la formation

Professionnalisation
2019
|
Simon Flandin, Germain Poizat, Romuald Perinet (éd. Foncsi)
Download
Add to my selection

Ce « Regard » s’adresse au lecteur intéressé pour réfléchir à l’idée et aux moyens d’un développement de la sécurité industrielle par le biais de la formation. Le document se focalise sur un domaine particulier : la formation à la gestion de situations dégradées, voire critiques.

Les auteurs proposent une distinction argumentée entre deux tendances lourdes en formation :

  • Les approches « curriculaires », c’est-à-dire visant l’acquisition de savoirs établis relatifs à la sécurité et aux moyens de l’assurer
  • Les approches « non-curriculaires », qui consistent à concevoir et à accompagner des dispositifs encourageant. Généralement moins connues, ces approchent contribuent pourtant au développement professionnel en matière de sécurité. Des exemples de dispositifs sont présentés sur la vigilance collective, le debriefing, les espaces de discussion et de débat structuré sur le travail, ou les exercices de crise.

Ainsi, dans l’approche proposée par les auteurs, la formation n’est pas réductible à l’apport et à l’acquisition de savoirs devant être maîtrisés par les formés.

 

| Au sommaire |

  • Sécurité industrielle et formation
  • Former à la sécurité : les approches « curriculaires » de la formation
  • Les approches « non-curriculaire »

 

Publication sous licence Creative Commons. Consultez les conditions de reproduction.

Contribuer à la sécurité industrielle par le facteur humain : repenser la formation Contribuer à la sécurité industrielle par le facteur humain : repenser la formation