• Accueil
  • > Culture de sécurité
  • > Agir sur la culture de sécurité
  • > Comment évaluer sa culture de sécurité ?

Comment évaluer sa culture de sécurité ?

Une organisation peut être amenée pour diverses raisons - résultats de sécurité qui stagnent, survenue d'un accident, changement organisationnels, pression des autorités de contrôle, etc. - à s'interroger sur sa culture de sécurité.


Le diagnostic de la culture de sécurité



Une culture de sécurité ne se mesure pas mais on peut chercher à la décrire
Une culture de sécurité est complexe. Il est illusoire de penser qu'une simple mesure rapide pourrait en rendre compte. Il vaut mieux raisonner en termes de « diagnostic » ou de « description ».

Décrire une culture de sécurité, c'est comprendre la façon dont la culture organisationnelle (et ses différentes composantes) influence positivement ou négativement les arbitrages de tous les acteurs en matière de sécurité.

Le diagnostic de la culture de sécurité permet ainsi de caractériser la culture de sécurité de l'organisation, sa maturité en matière de sécurité et de mettre en évidence les leviers sur lesquels agir. Il est une photographie de :

- la perception de l'ensemble du personnel (de la direction aux salariés) qui vit au cœur de cette organisation concernant les questions de sécurité,
- la façon dont la sécurité est vécue et intégrée dans les pratiques quotidiennes, de la direction aux personnels de terrain.


Le diagnostic permet également de :
- rendre visible ce que l’on pense : il touche les croyances, les perceptions, les convictions
- savoir ce que l’on fait : en explicitant les pratiques et comportements de sécurité, les difficultés rencontrées, les écarts au prescrit
- interroger la cohérence et l’alignement entre ce que l’on pense et ce que l’on fait


Méthodologie



Au préalable, il est nécessaire de comprendre et de prendre en compte le contexte de l'organisation, son histoire et ses contraintes (autres que la sécurité).

Au cours du diagnostic, plusieurs méthodes sont utilisées de manière complémentaire : l'analyse de documents internes (ex. procédures, SMS, accidentalité, etc.), l'enquête par questionnaire, les entretiens qualitatifs individuels et/ou collectifs et l'immersion terrain pour observer les situations de travail et les arbitrages qui y sont faits au quotidien.



Les conditions de réussite



Le résultat du diagnostic n'est pas un objectif en soi. Il est un point de départ pour s'engager collectivement dans une démarche d'évolution de la culture de sécurité. L'organisation doit être mûre pour faire face aux problèmes (souvent profonds) révélés par le diagnostic, et en tirer collectivement les conséquences nécessaires en termes d'actions.

Une évolution de la culture de sécurité ne peut pas voir le jour sans la mobilisation d'un grand nombre d'acteurs de l'organisation. La direction ne doit s'engager dans un diagnostic que si elle est prête :

- à associer à la démarche l’ensemble de la ligne managériale, mais aussi les représentants du personnel, les équipe de terrain, les services supports, les entreprises extérieures, parfois même les riverains et les collectivités territoriales…
- à entendre, partager et mettre en discussion les résultats du diagnostic, quels que soient les résultats, pour enclencher la dynamique de transformation nécessaire.