Actualité

» Retour à la liste

Nouveau cahier sur le déploiement d'une démarche Règles d'or

le 30 novembre 2017

Découvrez la nouvelle publication « Déployer une démarche Règles d’or. Prévention des accidents graves et des accidents mortels », dans la collection des Cahiers de la sécurité industrielle. Ce document est le fruit du travail du groupe d’échange (Gec) de l’Icsi sur la prévention des accidents graves et des accidents mortels qui s’est réuni entre 2014 et 2016 sur ce sujet. Entretien avec Michel Descazeaux, co-pilote du Gec et directeur de développement de l’Icsi.

 




Pourquoi le sujet des Règles d’or ?


MD : Les Règles d’or ou Règles qui sauvent, sont une des portes d’entrée pour travailler sur le sujet de la prévention des accidents graves et mortels, qui est la finalité des réflexions de notre groupe d’échange. Nous sommes partis du constat qu’un certain nombre d’industriels n’arrivaient pas totalement à éradiquer les accidents graves et mortels malgré de bons taux de fréquence des accidents. Une démarche Règles d’or est souvent une des premières actions mises en place pour lancer une dynamique et mobiliser sur le sujet.

 

Mais cela ne peut pas suffire. Notre Gec a également travaillé sur le sujet de la coopération entre donneur d’ordres et sous-traitants, sur la prise en compte et le traitement des précurseurs et des perturbateurs ainsi que sur la définition d’un pilotage et le suivi d’indicateurs correspondants… Trois sujets qui feront l’objet de communications complémentaires.

 

 

Le Gec a formalisé un modèle de prévention des accidents graves et mortels. Pouvez-vous nous en dire plus ?


MD : Au fil des discussions, le Gec a mis en évidence un modèle global de prévention des accidents graves et des accidents mortels. Il faut essentiellement en retenir qu’il existe 3 type de barrières : les barrières de prévention qui visent à limiter le risque à un niveau acceptable, les barrières de récupération qui permettent de revenir à un état de maîtrise du risque après perte de contrôle, et les barrières d’atténuation des effets de l’évènement redouté. Par exemple, le port de la ceinture de sécurité est une barrière d’atténuation, cela n’évite pas l’accident mais permet de limiter les dommages corporels. Les Règles d’or s’insèrent dans ce schéma et couvrent une partie ou la totalité des 3 types de barrières.

 

Concrètement, comment mettre en place une démarche Règle d’or ?


MD : A partir de l’analyse du déploiement de démarches Règles d’or dans une dizaine d’entreprises, nous avons dégagé 8 principes pour la mise en œuvre que les lecteurs pourront retrouver dans le cahier, ainsi que des facteurs de réussite. Si je devais en choisir un, ce serait le principe n°5 « Favoriser l’appropriation des Règles d’or par les collectifs de travail ». C’est à mon sens une étape déterminante dans la réussite du projet. Si les Règles d’or sont considérées comme des règles en plus, qui viennent d’en haut, des rappels à la règlementation ou vécues comme une contrainte supplémentaire, le projet est mal engagé. Au contraire, toute personne doit se sentir concernée par les Règles d’or, les opérateurs bien sûr mais aussi les managers et les fonctions supports comme les services achat, communication, formation. On les oublie bien souvent mais ils sont fondamentaux.

 

Pour aller plus loin, le cahier fourni l’essentiel des débats et les points clés étape par étape, ainsi que des témoignages et des exemples de Règles d’or.

 

L’Icsi publie sur les attributs d’une culture de sécurité performante. À quel niveau les Règles d’or s’insèrent-elles dans ce schéma global de maîtrise des risques ?


MD : Disons que c’est une action transverse qui permet de travailler sur plusieurs attributs de la culture de sécurité. Tout d’abord, la conscience partagée des risques les plus importants, parce que le choix des Règles d’or permet de mobiliser sur le sujet et de formaliser des mesures qui concernent les risques les plus importants de l’organisation. Les 8 principes clés de mise en œuvre couvrent également plusieurs autres attributs : le leadership du management et l’implication des salariés, la mobilisation de tous, la culture interrogative, la culture juste, etc. Les Règles d’or permettent vraiment de travailler sur l’ensemble et de faire évoluer la culture de sécurité par une action concrète.

 

Pour en savoir plus :

>> Télécharger le cahier : Déployer une démarche Règles d’Or. Prévention des accidents graves et mortels